Archives de Tag: Statue de la liberté

Home sweet home, I.

Attention, article débordant de contentement. Supra positif. A réserver à un moment d’intense satisfaction pour un effet de connivence. (J’aurais bien aimé utiliser comminatoire, mais apparemment ça n’a pas du tout la définition que je lui donnais…)

J’aime mon quartier. Il est beau. C’est le plus beau des quartiers de Brooklyn. C’est Park Slope. Slope, pour pente. Et Park pour Prospect Park. J’habite sur la pente qui descend de Prospect Park vers l’Hudson. J’habite à un bloc du parc. (J’ai tout choisi comme à Paris… Je dois pas être si aventurière que ça…)

J’aime mon parc. (Oui, l’utilisation du possessif se justifie. Parfaitement.) J’aime mon parc, il est beau. C’est le plus beau des parcs de Brooklyn, et je ne voudrais pas paraître chauvine mais il se pourrait bien que je pousse le bouchon jusqu’à dire qu’il est plus beau que Central Park… C’est qu’il a des collines et des sentiers et des forêts dans lesquels on arrive à se perdre! Dingue, hein?

J’aime ma ligne de métro. J’habite à un bloc de la station la plus proche. Qui s’appelle, opportunément et comme de par hasard, 7th Avenue, puisqu’elle est sur 7th Avenue. A la station suivante, et pour un petit bout, elle est aérienne. Et du coup, à chaque fois que je pars pour Manhattan, ou que je rentre chez moi, la Statue de la Liberté me dit bonjour. (Et réciproquement, je suis polie.)(C’est peut-être un peu abusif de dire que j’aime ma ligne de métro, puisque, vous l’aurez compris, aimer et métro ne peuvent cohabiter dans la même phrase à NY. Mais la salutation quotidienne à Sali est une grande qualité de ma ligne.) (Oui, Sali. On est copines maintenant. Bientôt j’irai lui rendre visite chez elle. Bientôt.)

J’habite au numéro 723. Ma station, c’est la 7th (seventh, à prononcer avec le bout de la langue coincé entre les dents de devant et en crachant un petit peu, c’est plus rigolo). J’aime être entourée de tous ces 7, je suis sûre que ça me porte bonheur.

J’aime ma chambre. J’ai une grande chambre, et je fais les poubelles pour la meubler. (Et j’adore ça. On en reparle.)

J’aime mes colloques. Mes colloques sont beaux. C’est les plus beaux de Brooklyn. Hin, non, je déconne. Mais mes colloques sont cools et sympas (et pas moches non plus). Je vous les présente bientôt.

Et puis bientôt je vous mets des photos aussi. (La seule que vous avez, aujourd’hui, c’est ma maison. Elle est jolie, hein?) Oui, là, je sais pas, on a eu un grand vide dans notre relation mon appareil photo et moi. A chaque fois qu’il faisait beau, pouf, je l’oubliais. A chaque fois que j’ai pris des photos, pouf, elles étaient floues. A chaque fois que je veux prendre ma chambre en photo, pouf, elle est en bordel… Incompréhensible infortune.

Publicités

Central Railroad-NJ Terminal, around.

Quelques photos de plus sur les extérieurs de cette jolie gare et la vue sur Manhattan. C’est quand même bien cette nostalgie (un peu mal placée) qu’ont les américains pour tout ce qui date. Je n’ose même pas dire, ce qui est ancien… Juste cinquante ans plus tôt, et hop, c’est vintage, c’est joli, c’est à conserver pour se faire une Histoire. Je dis « mal placée » parce qu’ils en ont une Histoire, objectivement parlant. Mais ils se sentent orphelins. Ou bien ils ont du mal à l’assumer… (essayez de parler Indiens et colonisation avec un américain qu’on rigole). Dès qu’ on parle de l’Europe et de la France surtout, je suis sûre d’entendre  » oh, oui, Pariiis, c’est magnific’, c’est viiiieux! Nous on a pas de viiieux, nous, c’est tout neuf, c’est pas joli, huh! Nous, America, on a pas de Histoire! » Ce à quoi je réplique, (après avoir répondu que non, la Belgique c’est pas en France, c’est un vrai pays (ou à tout autre question du même genre)) oui, m’enfin bon, c’est un peu quand même de là où vous venez l’Europe, c’est chez vous aussi, non? En général, la réponse à ça c’est oui mais non. Eux qui savent précisément quel sang coule dans leur veine (ma famille est un quart polonaise, un cinquième italienne, deux tiers scottish, un bon quart et demi irlandaise, par ma mère. Du côté de mon père on est…) n’ont plus du tout ce sentiment d’appartenance au Vieux Continent. Les américains sont américains. Leur identité s’ancre dans leur Etat (Yeah, moi, je suis du Michigan, Michigan c’est le top et je déteste le Wisconsin parce que c’est des attardés. Et le Texas. Yeah, moi je suis du Wisconsin et je déteste le Michigan…et le Texas. Yeah, moi je viens de Californie et j’aime tout le monde, (sauf le Texas) mais c’est quand même nous les plus beaux. Yeah, moi je suis New Yorkaise, i mean, je suis née à New York, et puis je suis aussi un peu américaine. Tiens, je suis tellement cool et genereuse que je vous donne le Texas.). Au delà, les racines, la généalogie, l’Histoire, c’est du folklore, c’est trop loin, c’est fait pour rêver. Ça explique peut-être pourquoi ils adooorent le viiiieux mais qu’ils détestent les rides. ( Difficile en effet de trouver des visages épargnés par la chirurgie esthétique passé quoi, allez, cinquante ans? Mais ceci est un autre sujet…)


Brooklyn Bridge. 2/2

Aaahh! Ça y est! Je vous y amène enfin, sur le Brooklyn Bridge… On a choisit l’heure parfaite, juste à la tombée de la nuit, au moment où le ciel vire au rose et où les lumières de la ville prennent le relais du soleil. C’est une balade magnifique. Sur les conseils d’un New Yorkais avisé, on est parti de Brooklyn pour arriver à Manhattan (Toujours suivre les conseils des New Yorkais avisés). Je n’ai malheureusement pas de photos de l’arrivée car il faisait trop sombre (mais j’ai changé les réglages de mon appareil photo (sans faire exprès en plus) et j’ai enfin (au bout de trois ans de ralage) des photos pas trop moches en éclairage réduit)(il était temps, mais tout vient à point, etc..) Je disais donc, pas de photos de l’arrivée, malheureusement, parce que c’est magique. Le pont s’enfonce dans la ville tout doucement, la foule s’est clairsemée, le ponton est pour nous tout seuls et on a l’impression de flotter entre les buildings.

Mais avant d’arriver au bout, reprenons du début. Voici ce fameux « plus long pont suspendu du monde » jusqu’en 1903, l’un des plus vieux des USA, un qui a fait pas mal de morts aussi… Ne serait-ce que parce que personne ne savait qu’il fallait des paliers de décompression lorsque les fondations ont été creusées. A l’époque, personne n’était sûr qu’il allait tenir, pas même les ingénieurs, qui ont décidé de choisir des câbles six fois plus résistants que ce qu’ils estimaient nécessaire. (Je les imagine bien autour d’une tasse de café, se dire, oui, bon, alors les gars, du 3 ça devrait suffire, mais au cas où, on ne sait jamais, si on sextuplait la résistance? Hein? Juste en cas… Décision prise, claque dans le dos, retour au boulot, Marcello envoie moi des câbles de 18 au lieu de 3, tu seras gentil…). Ça n’a pas empêché les gens d’être sceptiques. Le jour de l’ouverture le fameux cirque Barnum a été invité à faire traverser ses éléphants sur le pont pour prouver sa résistance.  Manque de bol, une rumeur a parcouru la foule qui se massait sur le pont, que les éléphants allaient écraser tout le monde ou que le pont allait tomber, et beaucoup de gens sont morts piétinés par les autres… L’architecte aussi est mort à la suite d’un accident sur le chantier et son fils, qui avait pris sa succession,  est devenu gravement handicapé à cause d’un accident de décompression. Bref, ça fait quand même beaucoup de mauvaises augures pour un seul pont je trouve… Mais contre toute attente, il tient encore debout. Avec tous ses câbles, merci Marcello.

Les piétons marchent au dessus des voitures. Mais ils doivent partager l’espace avec les vélos qui tracent à toute vitesse, et qui s’en fichent total de te rentrer dedans…

Et puis, et puis… on voit la Statue de la Liberté, et Manhattan, et l’Empire State Building, et le Christel Building, et tous les autres, et c’est très beau!


Good morning America!

 

Bonne résolution? Non. Dynamisme newyorkais contagieux? Peut-être. Toujours est-il que je me suis levée en pleine forme en ce dimanche matin, j’ai chaussé mes baskets avant même d’avoir fini d’ouvrir les yeux, j’ai décidé d’affronter le vent et de profiter du soleil et je suis partie sur le Hudson River Waterfront Walkway, mais en direction du sud cette fois.

Voici donc ENCORE des photos de Manhattan, mais je vous l’ai dit, je ne m’en lasse pas (j’espère que vous non plus!!)

 

 

 

 

 

La marina de Newport. Sympa, non, d’avoir sa petite barque sur l’Hudson…:

 

 

Et puis avoir un petit appart dans un  de ces modestes HLM:

 

 

 

 

Je me rends compte que je n’ai pas de photo au sol, à croire que je passe ma vie le nez en l’air (les américains diraient que c’est normal, je suis française, je suis donc arrogante… without offend…), mais les entrées sont très soignées, avec plein de végétation partout…

 

Malgré le vent, j’ai marché jusqu’à apercevoir la Statue de la Liberté, c’était le but. Alors… euh… j’ai pris une photo…mais, c’est un peu Cherchez Charlie… Je vous la mets quand même, mais faudra pas se moquer d’acc? Elle était encore un peu loin, j’avais déjà marché longtemps, et sans petit dèj, je tiens à préciser…

 

 

 

Voilà. Ce qu’on voit en vrai, disons, de manière plus évidente, c’est une des gares du début du siècle, à vrai dire la seule qui reste avec celle de Hoboken, sauf que celle-ci n’est plus en fonctionnement. J’irai probablement la visiter aussi, elle a l’air très belle. Et puis je serai plus près de cette fameuse statue!

Tiens, j’ai eu une conversation très intéressante avec mon amie Gina aujourd’hui, à propos de la Statue de la Liberté. Je me suis trompée en parlant anglais; je l’ai appelée Liberty Statue, et Gina me reprend en m’expliquant qu’on dit Statue of the Liberty. Pas d’inversion cette fois-ci, curieusement. J’avance une explication, c’est peut-être parce que c’est un cadeau de la part de la France… Comment vous dire… Je me suis un peu fait recevoir… Visiblement, même la plus gentille des Newyorkaise reste un peu tatillon sur l’idée de devoir quelque chose à la France…

 

Anyway, moi, j’enjoy l’Amérique et en rentrant de ma longue et froide balade, je me suis fait un énorme breakfast, avec eggs and bacon, greek yogourt and fresh fruits, muffin and jam, orange juice and tea!