Archives de Tag: fête

Happy V-day.

 

So, me voilà de retour en territoire civilisé, (oui, Brooklyn, des fois, c’est la cambrousse à côté de Manhattan) et je peux de nouveau vous raconter des histoires sur ces drôles de gens que sont les américains.

Valentine’s day, tiens. Ça, c’est marrant. V-day pour faire vite.

Tous les magasins sont remplis de coeurs et d’angelots depuis un mois déjà. Le calendrier de la consommation ne supporte aucun break. Juste après Noël, c’est les soldes. Juste après les soldes, c’est V-day. Et c’est le moment de recevoir des conseils love de partout, de manger love, de se coiffer love, de porter love, de respirer love et surtout, surtout, de consommer love.

Tout le monde râle après V-day, tout comme en France. Après tout ce n’est qu’une fête créée pour vendre des cartes. (Et Dieu sait que ça marche!!! Il y a des magasins entiers dédiés aux cartes. Des rayons entiers dans les super marchés. Il faut vraiment que je vous en fasse des photos. (Si mon appareil photo veut bien fonctionner à nouveau (j’ai un problème de carte-mémoire), sinon, je vais être en chômage technique…)Des cartes pour toutes les occasions. Oh, oui, tiens, les cartes, ça mérite un article entier!). Et puis pourquoi ce jour là. Et puis on a pas besoin d’un jour spécial pour se dire qu’on s’aime. Et puis, pourquoi s’imposer le cul-cul gnan-gnan du resto rangé comme tout ces autres couples sous les ballons en forme de coeur, à manger le même special V-day meal? Hein? Non, tout le monde est rebelle trois jours avant V-day. Rebelle. L’amour en vitrine c’est pénible.

Et puis V-day arrive.

 

Et là, TOUT LE MONDE se souhaite un Happy Valentine’s day! Tout le monde à tout le monde.( Ça m’a fait très bizarre que le petit ami de Stefanie me souhaite un Happy Valentine’s day… )Les amis se le souhaitent. Les enfants à leurs parents. Les gens aux gens. Les roomates à leur roomates (et ça c’est troooop cool!). ET SURTOUT, dans les rues, tous les garçons sont très embarrassés par leur bouquet de fleurs, toutes les  filles sont très déséquilibrées sur les talons hauts (et congelées dans leur mini-jupes), et tous les restaurants sont remplis de couples sagement rangés sous les ballons en formes de coeurs… Trêve de cynisme, trêve de réalisme, si tu veux que ton couple survive à V-day, t’as intérêt à te conformer. Et les rayons des cartes spéciales V-day sont bien salement amochés le soir…

 

Anyway, moi, je ne crache sur aucune possibilité de recevoir des cadeaux, et j’étais super contente de ça par exemple:

 

Ou de pouvoir me goinfrer (non, même pas vrai, ces bonbons sont trop sucrés et salés en même temps! Juste avec un, t’es repue) de Reese (beurre de cacahuette entouré de chocolat. Un désastre.) et de M&M’s so sexy! Et tout ça trois jours avant le D day puisque j’étais pas là pour le vrai V day… Héhéhé.

 

Publicités

Party!

HAPPY NEW YEAR EVRYBODY!!!

 

Le soleil se lève sur New York et je rentre dormir… J’ai quand même pris le temps d’aller photographier le sunrise sur Manhattan. C’est la vue que j’ai en sortant du Path à New Jersey. Quelques minutes au soleil levant, à se régaler de la vue, et voilà une année qui commence très bien…:

J’ai passé la New year’s Eve dans une soirée privée, à The Marrakech Hotel, (so american, isn’t it?!) on Broadway Avenue, yeah! C’était rempli de robes très très très courtes, de bustiers à paillettes, de talons très très très hauts, de cheveux très très lisses, de gars en chemise, braillards, se jetant sur l’open bar, de Hello Girls! et regards en coin, et de Happy New Year adressés à n’importe qui… J’ai eu droit à mon baptème de Beer Pong, une chambre était réservée à cet incontournable teenage game! Très sérieux, attention, y’a même un article sur wikipédia avec des techniques de tir , des tournois et tout!

Et j’ai eu droit aussi à mon baptème de baiser du Nouvel An. Oui, les si prudes américains (des fois je doute, quand même, vu les très très très courtes robes citées plus haut…) les si prudes américains donc, ont comme tradition d’embrasser la personne qui se trouve à côté d’eux au moment du décompte, que tout le monde clame en coeur. THREE, TWO, ONE et hop, un kiss à la première personne venue. Sur la bouche!!! Oh!

Toute la stratégie  de la première partie de soirée consiste donc à bien choisir la personne qui sera, oh, ben ça alors, comme de par hasard d’un fait exprès, à côté de soit le moment M, pour profiter de ladite personne toute la deuxième partie de soirée… Non, là, j’extrapole, normalement on kiss et puis goodbye… Ou ça fini par un marriage, mais ça, c’est plus dans les comédies romantiques au cinéma… Bref, j’étais à fond dans la stratégie vous pensez bien, je prends très au sérieux mon intégration totale dans la société newyorkaise, et ça a très bien marché, merci beaucoup.

 

D’autres, pendant c’temps là, sont allés courir à Central Park. Oui, oui, oui, les très healthy américains (comme mon amie Stéphanie et des centaines d’autres) aiment à se retrouver suants pour fêter la nouvelle année… The Emerald Nuts Midnight Run est une course de huit kilomètres,  au milieu de gens tout exités par le défi, dans Central Park, avec DJ et feux d’artifices pour l’occasion. Ça avait l’air génial, et si je n’avais pas été ruinée par cette satanée sinusite, c’est ce que j’aurais probablement fait… (Et SI j’avais su courir aussi. Soyons honnêtes.)

 

Il y avait aussi le Brooklyn Bridge et sa vue sur tous les feux d’artifices de New York…

 

Ce sera pour l’année prochaine…!