Archives de Catégorie: Neightborhood

Up We Go.

Quelques nouvelles du World Trade Center.

Ou Ground Zero.

Ou Freedom Tower.

Ou One World Trade Center (1 WTC)

(son ancien nom, devenu nouveau nom)…

Je crois que personne ne sait encore comment ça s’appelle. Rien n’est fini encore.

IMG_3617

IMG_3618

IMG_3619

IMG_3620

IMG_3621

Publicités

A wink of Brooklyn.

Ah, Park Slope… I miss you so much…

Isn’t it so cute??

IMG_3422

IMG_3423


New Jersey, Windows.

IMG_3348

IMG_3349

IMG_3359

IMG_3368

IMG_3378


New Jersey, Doors

IMG_3343

IMG_3344

IMG_3345

IMG_3347

IMG_3360

IMG_3361

IMG_3366

IMG_3379

 


Jersey City, The Harvest House

IMG_3370

IMG_3371

IMG_3372

IMG_3375

IMG_3374


Jersey City

Quelques vues de Jersey City. Ce n’est pas NYC, ce n’est pas NY d’ailleurs, c’est le New Jersey, là où j’avais loué une chambre en tout premier, il y a deux ans (déjà!). J’y suis ces jours-ci, et même si Brooklyn me manque beaucoup (l’ambiance, les cools kids, sights…) on peut dénicher de jolies façades à Jersey City dans le Historic Downtown (et les loyers s’en ressentent…). Je vais vous faire une serie de posts avec des photos, ok? Allez, une première série avec de la dentelle!

IMG_3365

 

IMG_3363

 

IMG_3364


Cool Kids.

Les cools kids habitent à Brooklyn.

Enfin, d’abord, les cool kids ont habité le West Village (Manhattan). Puis les cool kids ayant créés des artistes, ils ont attirés les art dealers. Le West Village est devenu un vivier connu. Le West Village est devenu trop cher.

Alors, les cool kids ont habité SoHo (Manhattan). Puis les cool kids ayant créés des acteurs, ils ont attirés les producteurs. SoHo est devenu un vivier connu. SoHo est devenu trop cher.

Alors, les cool kids ont habité le East Village. Puis ils sont partis du Est Village. Ils ont traversé East River par le Brooklyn Bridge et se sont trouvés des lofts à Williamsbourg. Puis Williamsbourg est devenu le village des cool kids côté Brooklyn, le talent s’est autant  dilué que les prix ont montés. Les cool kids qui restent à Williamsbourg ont beau se laisser pousser la barbe, se tatouer les bras, porter des jeans serrés et des bonnets même en été, ils n’ont plus comme étiquette que celle d’Hipsters, qualification qui raconte leur style pointu et l’uniformisation de leur âme d’artiste.

La migration des vrais cool kids, ces artistes sans le sous qui brulent de créativité, continue toujours plus loin dans Brooklyn, attirés par l’espace bon marché, chassés par la popularité qu’ils créent.

Aujourd’hui les cool kids vivent à Bushwick, un quartier rude au nom duquel les vrais New Yorkais, ceux qui ont vue sur Central Park de leur balcon, froncent sourcils et mentons dans un seul et même élan de dégout. Mais les investisseurs eux, s’arrachent les vielles usines, les vieux hangars, y amènent électricité et eau, les transforment en lots et les vendent aux cool kids. Ou les vendent à d’autres investisseurs qui les louent aux cool kids.

On y vit en bande, on se crée des  mezzanines sous les hauts plafonds, on y brûle en été, gèle en hiver, on y roule à vélo, on entend tout de ses voisins, on coupe ses cheveux bizarrement et on s’habille aux puces.