Manhattan black out.

Hier, dernier jour de mes vacances, j’ai tout de même décidé, coûte que coûte, de me rendre dans Manhattan. Et ben, ça a été, somme toute, relativement facile. Les lignes de bus ont relayé les métros, et passer le pont ne nous a pas pris plus de 20mn, aussi surprenant soit-il.

Par contre, y être… c’est assez indescriptible. La moitié de la ville est fermée, les commerces désertés, un black-out total… On dirait un plateau de cinéma vide, avec quelques figurants qui se regroupent sur les places, profitant de leurs vacances forcées… Les feux rouges ne fonctionnent pas. On ne fait que traverser ces parties grises, il n’y a rien à faire. Les rues sont dégagées, on ne voit un arbre tombé que rarement. Il n’y a que sur les quais que l’on peut se rendre compte encore que Sandy est passée par là. Tout Battery Park, Soho, China town, Wall Street sans personne, fermé (China Town fermé, mais vous imaginez?!). De temps en temps, le bruit infernal d’un compresseur, qui alimente un deli de quartier, puisqu’il y a encore des gens qui vivent là, qui se baladent avec leur bidons d’eau potable et qui attendent patiemment le retour de l’électricité… Ou bien des tas immenses de poubelles qui s’amoncellent en face des  supermarchés: les produits frais qui se perdent faute d’alimentation des frigos… et les gens, qui du coup, font les poubelles, surement pour la première fois de leur vie, et récupèrent des pots de glace gratuits, des yaourts, du jus d’orange, du bacon…

Plus haut, Manhattan reprend son effervescence mais certaines rues ne sont pas alimentées, pourtant toutes proches de Times Square, tout illuminé, tout rutilant, dans sa bulle toujours, comme si rien ne peut l’atteindre… Et c’est d’autant plus choquant de quitter les lumières artificielles de la 42ème et, en repartant pour attraper un bus (le retour a d’ailleurs été plus épique, à 18h, quand tout le monde sort du travail…), de traverser l’East Village dans un noir absolu de la nuit tombée… Seuls les phares des voitures éclairent les rues et à chaque croisement, les torches des agents de police réquisitionnés pour faire la circulation.

D’ailleurs, tiens, grande nouvelle: il n’y a presque plus que des bus qui circulent, New York sous l’eau, sans électricité c’était pas assez: on arrive à cours d’essence maintenant! Et les files se forment aux gaz stations, chacun son jerican à la main… On parle aussi du blizzard qui approche, la tempête de neige, c’est tout ce qui manque, vraiment.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 


One response to “Manhattan black out.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :