Archives mensuelles : mars 2011

In Abeyance.

In abeyance, c’est joli, et en plus ça dit un peu tout ce que j’ai en tête sans être précis… Un mot fourre-tout, flou, parfait pour exprimer un état de suspens, avec un soupçon aussi inapplication, de désuétude, de vacance…

Tout ça pour vous dire que je sais que ça se détériore ici… Je ne poste plus qu’au compte goutte. J’ai pourtant toujours des choses à vous dire croyez le bien, mais… Mais c’est ma dernière semaine, je prends l’avion dimanche,  j’ai beaucoup de choses à boucler avant de partir, et notamment, notamment… Beaucoup de paperasse pour pouvoir repartir à New York le plus vite possible!

Yeah, c’est une bonne nouvelle, et pour moi, et pour vous, puisque ça veut dire que je vais continuer l’aventure du blog quand je reviendrai.

Attention, tout ça est suspendu au bon vouloir des autorités compétentes, et si ça se trouve je ne pourrais pas revenir… Je vous tiendrai au courant ici de toute façon, et puis je sens bien que je vais avoir des histoires très (très très) drôles à vous raconter sur toutes ces démarches extravagantes pour avoir le visa. (Je suis en train de chercher comment combiner « montrer patte blanche » et les « passer à la javel » dans une phrase pleine d’humour, mais je n’y arrive pas… Ça me fait le perdre, un peu, le sens de l’humour, la paperasse, tout ça…M’enfin, vous aurez compris le truc. Vous voyez dans quoi je m’embarque.)

Voilà, je ne sais pas quand sera le prochain post (demain si ça se trouve, qui sait?).

See you soon, guys.

Publicités

Central Railroad-NJ Terminal, around.

Quelques photos de plus sur les extérieurs de cette jolie gare et la vue sur Manhattan. C’est quand même bien cette nostalgie (un peu mal placée) qu’ont les américains pour tout ce qui date. Je n’ose même pas dire, ce qui est ancien… Juste cinquante ans plus tôt, et hop, c’est vintage, c’est joli, c’est à conserver pour se faire une Histoire. Je dis « mal placée » parce qu’ils en ont une Histoire, objectivement parlant. Mais ils se sentent orphelins. Ou bien ils ont du mal à l’assumer… (essayez de parler Indiens et colonisation avec un américain qu’on rigole). Dès qu’ on parle de l’Europe et de la France surtout, je suis sûre d’entendre  » oh, oui, Pariiis, c’est magnific’, c’est viiiieux! Nous on a pas de viiieux, nous, c’est tout neuf, c’est pas joli, huh! Nous, America, on a pas de Histoire! » Ce à quoi je réplique, (après avoir répondu que non, la Belgique c’est pas en France, c’est un vrai pays (ou à tout autre question du même genre)) oui, m’enfin bon, c’est un peu quand même de là où vous venez l’Europe, c’est chez vous aussi, non? En général, la réponse à ça c’est oui mais non. Eux qui savent précisément quel sang coule dans leur veine (ma famille est un quart polonaise, un cinquième italienne, deux tiers scottish, un bon quart et demi irlandaise, par ma mère. Du côté de mon père on est…) n’ont plus du tout ce sentiment d’appartenance au Vieux Continent. Les américains sont américains. Leur identité s’ancre dans leur Etat (Yeah, moi, je suis du Michigan, Michigan c’est le top et je déteste le Wisconsin parce que c’est des attardés. Et le Texas. Yeah, moi je suis du Wisconsin et je déteste le Michigan…et le Texas. Yeah, moi je viens de Californie et j’aime tout le monde, (sauf le Texas) mais c’est quand même nous les plus beaux. Yeah, moi je suis New Yorkaise, i mean, je suis née à New York, et puis je suis aussi un peu américaine. Tiens, je suis tellement cool et genereuse que je vous donne le Texas.). Au delà, les racines, la généalogie, l’Histoire, c’est du folklore, c’est trop loin, c’est fait pour rêver. Ça explique peut-être pourquoi ils adooorent le viiiieux mais qu’ils détestent les rides. ( Difficile en effet de trouver des visages épargnés par la chirurgie esthétique passé quoi, allez, cinquante ans? Mais ceci est un autre sujet…)


Central Railroad-NJ Terminal

Central Railroad of New Jersey Terminal Liberty State Park, (quel nom!) est la deuxième gare conservée avec celle de Hoboken dont on parlait ici. Elle n’accueille plus de train mais encore les ferries, notamment ceux pour Ellis Island et la Statue of Liberty, (et sachez qu’on y fait beaucoup moins la queue qu’au port de Battery Park à Manhattan, puisque peu de gens connaissent cette gare)( c’est toujours bon à savoir, le jour où vous vous déciderez à visiter New York)(quant à moi, vous aurez remarqué que je ne suis toujours pas allée dire bonjour à Liberty de plus près… Je ne suis pas une très bonne touriste…).

Les quais sont tout abandonnés dans cette gare, et le côté fin du monde n’est pas pour me déplaire… J’ai pas mal d’idée de scénarii en tête à la vision des herbes folles et de la rouille qui viennent manger les arcades des anciennes voies.

L’été, un joli café installe ses tables dans le hall de gare.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Silence.

Bon bOn BoN…

Je sens que je vous dois une petite explication. C’est assez simple:

1) Il pleut. Pas d’inspiration quand il pleut. Bah, non, c’est comme ça.

2) Plus de photo à vous montrer. Pas que j’en n’ai pas fait… Mais elles sont gardées en otage. Tous les jours je dois les récupérer et tous les jours c’est repoussé. Pas de photos, pas de texte, puisque je n’écris qu’à partir des photos, et pas l’inverse… C’est comme ça.

3) Et pourquoi j’en fais pas des nouvelles, hein, me direz-vous? Bah, relisez le numéro 1. Voilà.

Alors, j’ai pas oublié que je dois vous parler Rock’n Roll, que je dois vous parler riches riches riches, que je veux vous montrer des petites fleurs à Central Park.  Non, j’ai pas oublié, et ça va venir.

En attendant, j’ai un article de fond de tiroir à vous servir, mais je l’aime bien, même s’il date un peu. J’avais oublié de l’éditer. C’est déjà ma vie d’avant, celle où j’habitais à New Jersey. Prêts pour un bond en arrière? Demain!


Life Underground.

Des fois, dans les couloirs de la station Union Square, 14th street du subway de NYC, on peut voir une française qui speakes avec des drôles de bonhommes. (Sur des sujets aussi divers et variés que les retards du métro, les disparitions de lignes,comment va le dollar contre l’euro (mal, et tant mieux pour la française), ou les nouvelles facéties du lapin d’Alice croisé quelques stations plus tôt). C’est  Tom ( Otterness ) qui nous a présenté. Merci, Tom.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Steam.

Encore, encore du noir et blanc, pour vous prouver que beaucoup de clichés qu’on a sur NYC sont vrais: il y a vraiment de la vapeur qui sort des bouches d’égouts. Et c’est joli… J’aurais pu passer ma soirée à photographier ce croisement. J’ai pris beaucoup, beaucoup de clichés,( souvent ratés, je suis sympa, je vous les épargne). Lequel préférez-vous de cette série-ci?


Nope, sorry.

Non, rien à faire, vous n’aurez pas d’article avec photo aujourd’hui. J’ai beau parlementer, arguer, charmer, ordonner… internet fait un caprice, (et ma plate-forme de blog, en bonne feignante, en rajoute une couche), et y’a pas moyen de charger une seule photo… Internet ET le subway, deux utilities qui fonctionnent bien mal dans cette ville…

Et pour couronner le tout, il n’a fait que pleuvoir, all the day long. (Je sais, ça n’a pas grand chose à voir, mais ça influence grandement mon humeur, soyez-en certains).