Subway.

J’ai envie de vous emmener dans les sombres couloirs du subway aujourd’hui. Ça fait un moment que j’avais envie de vous en parler, mais il fallait d’abord que je me calme. Il n’y a que depuis peu que je me sens capable de prendre du recul. Je me suis résignée, je pense.

Les Américains sont super doués quand il s’agit du pratique des choses. Vraiment. Tout est bien réfléchi, bien amélioré, ergonomisé. Il faut gagner du temps, le temps, c’est de l’argent, surtout à New York.

Tout.

Sauf le subway.

Quand je vous dis qu’il a fallu que je me calme, à propos du subway, avant de pouvoir vous en paler, je ne mens pas. J’ai passé les premiers temps de mes trajets underground dans une consternation perpétuelle. Il faut dire que j’avais en plus le Path à prendre pour rejoindre New Jersey. Mais le Path, c’est du pipi de chat à côté du subway. Plus JAMAIS, je ne râlerai contre le métro parisien. Plus jamais. Je l’adore même, notre métro parisien. C’est le top du top.

Comment vous dire… On va aller de constatations en consternations.

D’abord, il y a relativement peu de lignes comparé à l’importance de la ville. Et elles sont majoritairement Nord-Sud dans Manhattan, et majoritairement Est-Ouest dans le Queens et Brooklyn. Donc si tu veux traverser Manhattan d’Est en Ouest, mieux vaut marcher. Que dis-je mieux vaut, il te faut marcher. (Ou prendre un taxi). Ou bien sortir du métro à une station, marcher quelques blocs et reprendre une autre ligne. Les connexions sont assez rares. Quand tu penses au prix du trajet, $2.50 la ride, tu te dis qu’il vaut mieux marcher. Voilà pourquoi j’ai pu manger autant de pizzas, hamburger, pop corn au beurre que je veux sans prendre un gramme. Le premier mois. Parce que là, avec le blizzard, j’ai capitulé, j’ai pris une carte illimité. Bon, ça ne veut pas dire que je vais beaucoup moins marcher quand même. C’est plus chouette de voir la ville. Mais il pleut beaucoup en ce moment… Huh.. we’ll see… les Levis sont pas chers…

Bon, alors, peu de lignes, peu de connexions, notament avec les trains suburbains, qui ne font pas partie du même réseau, et qui n’ont pas le même prix, ni les mêmes stations. Ce qui nous donne pour aller à New Jersey par exemple: un trajet sur le subway, une sortie de station, un petit moment de panique au moment de trouver l’autre station (pas indiquée, et souvent deux rues plus loin) (alors que sur la carte elles sont au même endroit), une petite marche, un nouveau billet, une nouvelle attente du train. Imaginez avoir à faire ça entre le Métro et le RER, les Parisiens. Pratique, n’est ce pas?

On continue, peu de lignes, peu de connexions, et un bordel sans nom dans la dénomination des lignes elles-même. Alors, pour rendre clair ce qui ne l’est pas… Il y a des lignes qui s’appellent A, B ou C, et d’autres qui s’appellent 1, 2, 3 ou 4. Tout ça, à cause du développement du subway, qui a suivi, ou même souvent anticipé, le développement de la ville, du Sud au Nord (d’où la verticalité des lignes). Les compagnies se sont fait concurrence et même si aujourd’hui tout le réseau New Yorkais (ou en partie: pas Staten Island), a fusionné sous le MTA (Metropolitan Transportation Authority), il n’a pas été vraiment encore uniformisé. et ces lignes peuvent avoir les mêmes rails. Par exemple, le subway le plus près de chez moi, c’est le A, C, E. Tous les trois sur les mêmes rails à ma station.

Bon, concentrons-nous, là, parce qu’on arrive à la meilleure partie. Comment ça marche. Alors, d’abord, il faut savoir où on est et où on va, (mais ça c’est plutôt basique), mais plus précisemment, si on va Up Town ou Down Town. Et ce, avant même de rentrer dans une sation, parce que bien souvent les deux quais ne corespondent pas. Si tu rentres dans une station sur le quai Down Town, que tu voulais aller Up Town, t’as plus qu’à ressortir, et chercher une autre entrée. Bien souvent il y a quatre entrées, ou plus. Am… Stram… Gram… Bon, c’est marqué dehors quand même, si c’est Up ou Down. Ensuite, il faut trouver le bon train. On n’est pas sauvé encore. Parce que sur les mêmes rails, peuvent passer trois différents trains. Oui, il vont dans le même sens, c’est déjà ça. Mais par exemple, dans ma station passent le A, le C et le E. Ils sont commun un moment, puis chacun part dans une direction différente vers la fin de la ligne. Le A et le C continuent Up Town, et le E bifurque East Town.

Et puis, pour s’amuser un peu, il faut trier les Local trains, et les Express. Les locaux, comme leur nom l’indique desservent toutes les stations. Les Express, non. Ils sautent des étapes. Ce qui ne veux pas dire qu’ils sont forcément plus rapides. Des fois oui, quand ils ont tout à coup leur propres rails, parfois pas du tout. Il peut arriver donc de se retrouver dans un Express, aux heures de pointe, en retard, et de rester planté aux milieu de nulle part, en attendant qu’un Local (un Local! Un inférieur! Un des gens pas préssés, des touristes, des retraités!) nous passe devant. Tension palpable dans la trame.

Il y a ainsi des A Locaux, et des A Express. Y’en a d’autres qui ne sont que des Express. D’autres, que des Local, et puis à une certaine heure, ça change. Y’a plus d’Express le soir. C’est écrit dans les stations: « at night » Mais, le soir c’est vague. Du coup, il te l’annonce dans le train. C’est le dernier express. Ok. Pour ceux qui arrivent dans le métro plus tard… tant pis pour eux?

L’information est souvent donnée par les conducteurs ou par… des bouts de papier…

 

Ah, et puis, oui, vous voyez, ça change le week end aussi. C’est plus le même service, ça s’allège, on perd des trains, des stations… Je me rappelle encore avoir attendu vingt bonnes minutes un train qui n’arrivait jamais, avant qu’un agent de la station (il y a du personnel partout) me demande si c’était le foot à la télé qui me passionnait (c’était à New Jersey, et il a des télés sur les quais du Path) (On est riche à New Jersey).

Ah, et puis y’a aussi des moments vraiment chouettes, pour qu’on rigole un peu, le lundi matin, les pieds encore plein de neige. C’est quand le conducteur de la rame estime qu’il y a trop de gens dans son train, et qu’il a beau supplier les gens de pas monter, qu’il ya un train juste derrière, que sinon, il ne va pas pouvoir fermer ses portes, quand il a envie donc,  quand il le sens, il passe en express. Bam. Il prévient quand même, et plusieurs fois, en hurlant même un peu, avec son super accent de Brooklyn qui fait rebondir les mots dans sa bouche. Mais pour ceux qui bossent à une station pas express et qui justement devaient s’arrêter au prochain stop, un lundi matin les pieds plein de neige, je pense que ça doit être assez râlant. Ça veut dire qu’il leur faut attendre un autre train, encore. Y’a de quoi pas être content. Même si le conducteur du train te souhaite un wonderfull day.

Ah oui, j’ai oublié de vous dire: il ne passent pas toutes les deux minutes. Des fois oui. Des fois, même un lundi matin à 8h, non. Tu attends. Et tu sais pas combien de temps parce qu’il n’y a pas de panneau indiquant les prochains trains. Ils sont en train de les installer. Alors, quand il y en a, on peut lire « Ça vous plait? C’est nouveau, c’est pour vous, c’est en cours d’arrivage. On est sympa, hein? ». Un truc du genre. En substance.

Ah, et puis aussi, il pleut sur les quais. Je vous avais dit que l’isolation c’était pas leur fort. Il pleut, c’est plein d’eau, plein de rats aussi, de bon gros rats, rien à voir avec nos petites souris parisiennes…

Ah, le subway… Et ben, malgrès tout ça, j’ai toujours réussi à arriver où je voulais, dis donc. Bon, souvent avec quelques péripéties, mais dans l’ensemble, on s’en sort.

 

Et puis, pour finir sur une touche positive: il y a de l’art dans le subway. Et du chouette. Je vais essayer de vous faire une série de posts sur les plus jolies stations. Enfin, par jolies, je veux dire intéressantes. Et puis, y’a des pubs pleines d’humour…

(Pour ceux qui sont perdus, c’est une pub pour des gardes meubles. En général, il y en a beaucoup hors City.)


6 responses to “Subway.

  • nicole & Christian

    Pour des provinciaux , le métro parisien c’est déjà impensable …Alors le Subway New Yorkais… INCOMPREHENSIBLE !!!!! quelle horreur , quel casse tête , humide et sale = tout pour pas plaire . Honnêtement,si je n’ai pas tout suivi, j’en sors complètement épuisée …je crois que je vais aller me coucher = 1h du mat .
    En définitive,je pense qu’il vaut mieux aller à pied = plus simple ,bon pour la santé , les mollets, la ligne .Je te félicite tout de même pour tous les efforts et toutes les souffrances que tu » t’infliges » pour nous permettre de découvrir NY de long en large et en travers ..
    Bon courage pour tes prochaines sorties …A très vite …A++Bises des Passageois
    PS : heureusement que je n’ai pas lu ton message à jeun avant mon petit déj = j’aurai été trop crevée pour la journée !!! lol !!!!!

  • Audrey

    petite question supplémentaire : est ce que l’ambiance musicale est aussi pénible qu’ici, avec les gars qui jouent (mal ) de l’accordéon, ceux qui jouent (mal ) de la guitare et ceux qui parlent juste très fort , ou au moins on t’épargne ça ?
    mais pour positiver, il faut te dire que tu seras au top pour le marathon de New York a cette allure : 4 heure de marche par jour allez hop!!

    • luinnewyork

      Je suis pas loin des quatre heures effectivement… Mais, non, pas d’accordéon, c’est plus fun ici, groupe de rock, reprise de Beatles, acrobates dans la rame (juré! hallucinant!), rap, reggae…

  • Françoise

    Quelle bonne surprise , je n’étais pas venue sur ton blog depuis ton épisode sinusite du début … Il était bien bien tard mais je suis restée devant mon écran pour tout lire jusqu’au bout … Tu nous fais voyager,rêver un peu qu’on y est aussi,prendre des kilos avec tout ce que tu nous montres … Mais je me suis amusée car tu as un vrai talent de chroniqueuse ( à cultiver sûr sûr !!) et quelque chose qui m’a frappée et qui te va bien ,tu te « lâches  » beaucoup plus sur le papier que ce que tu donnes à voir ( du moins à moi !).Je reviendrai …
    Ta boite gmail fonctionne t elle toujours ? car je t’ai écris deux fois pour qq chose d’important pour toi et…. ??Sinon donne m’en une autre .
    A bientôt; Bises

    • luinnewyork

      Ah, mais tout est une question d’audience, de contexte et d’état d’esprit, Françoise! Merci pour les compliments en tout cas! On se retrouve sur gmail! Bisous.

  • daniellec.veillongmail.com

    Peut être mon article préféré, en tout cas parmi les favoris, j’adore l’idée d’un conducteur parisien décidant tout de go, de passer en rapide non stop, la révolution! lynché vous croyez?
    Mais enfin un peu d’organisation dans la « libre entreprise » ne leur nuirait pas,bon j’arrête, je vais me faire traiter d’arrogante française…….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :